Partagez | 
 

 Ready or Not | Auxence & Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimberly Ji Yeon

avatar

MESSAGES : 41
◮ AGE DU PERSO : 20 ans
◮ CREDITS : Yunnie
◮ AVATAR : YoonA

MessageSujet: Ready or Not | Auxence & Kim   Mer 29 Juin - 12:24


Journée tranquille en prévision. Aujourd’hui j’avais des horaires au café tranquille. Je faisais le service de midi et celui de quatre heures, et après libre. J’avais organisé ma petite journée autour. Pas que j’organisais toujours tout, mais cette fois-ci il y avait la fête foraine. Et, c’était quelque chose à savoir, j’adorais les fêtes foraines, il y a toujours du monde, donc généralement une bonne ambiance, et surtout des jeux. J’aimais bien m’amuser, particulièrement au tir à la carabine. Je m’étais donc réveillé ce matin de bonne humeur. Un bon petit déjeuné, un petit jogging, pour se maintenir en forme, puis une bonne douche. Un peu de geekage, non je ne changeais pas là-dessus, et go to the job. Depuis l’incident de la dernière fois j’évitais soigneusement les petites rues pas très éclairé, même en pleine journée, une nouvelle crise de panique très peu pour moi. Puis fallait être honnête, j’avais vraiment eut peur ce soir là, je ne sais vraiment pas ce qu’il serait arrivé si jamais Auxence n’était pas intervenu, bien que c’est lui qui avait le plus prit dans l’histoire. D’ailleurs parlons-en de l’autre là, une semaine qu’il n’avait pas pointé le bout de son nez. Il me donnait sérieusement le tournis. Un coup il me lâche plus, un coup il disparait… Non mais je vous jure de quoi rendre maboule n’importe qui. Un instant je pensais le comprendre un peu, et l’autre j’étais totalement perdu. Non mais comment vous réagiriez vous à ma place. J’avais qu’une envie quand j’y repensais c’est lui mettre mon poing dans la figure, et croyez moi pas des plus tendrement. Je pensais pourtant qu’on c’était rapproché un peu il y a un peu plus d’une semaine. Mais apparemment j’avais du me tromper. Je n’arrivais vraiment pas à le suivre, mais quand je me disais, bah tant mieux bon débarra y’a plus qu’à l’oublier c’était impossible. Il avait réussi à s’imposer dans ma vie sans que je ne m’en rende compte.

Soupirant un coup, je repris mes esprits une fois devant mon casier au boulot. On voit qu’on était Samedi, il y avait un monde fou. Je m’étais dit que c’était le meilleur moyen pour ne plus penser à tout ça, mais je me trompais bien. En faite dès que je voyais une tête blonde masculine passer la porte, j’espérais que ce soit Auxence. Bon il allait falloir que j’aie une bonne conversation avec lui parce que ça ne pouvait plus durer. Ne jamais savoir quand il allait refaire surface, ne jamais savoir si il viendrait ou non, c’était plutôt pénible. Et pourquoi fallait-il que je pense autant à lui comme ça. Qu’est ce que ça pouvait m’énerver. Non mais sérieusement qu’est ce qu’il y avait chez lui qui me faisait autant y penser. Bon vraiment fallait que je me change les idées, c’est pourquoi lors de ma pause, je ne restais pas enfermé dans l’arrière salle et avait préféré aller faire un tour, les boutiques tient, ça ça me changerai les idées. J’avais trouvé une jolie robe à porter ce soir pour la fête, elle étai légère, et allait super bien avec le petit gilet que j’avais trouvé. C’est tout sourire que je repris le boulot, ne pensant plus, ou presque, à la tête blonde qui était censé me servir d’ami.

Plus qu’un petit quart d’heure et je finissais mon service. J’attendais avec impatience que l’heure arrive, n’ayant qu’une idée en tête, la fête foraine. Je sais, dès qu’on me parlait de fête foraine, j’étais pire qu’une gamine. Que voulez-vous avec mes parents, petite, je n’y aller quasiment jamais, ceux-ci n’ayant jamais le temps, alors maintenant je voulais me rattraper. Puis ce genre d’évènement était également l’occasion de se faire de nouveau ami, et d’oublier les autres. Aller plus que quelques minutes et je pourrais en profiter. La porte d’entré du café s’ouvrit et c’est tout sourire que je me tournais pour accueillir le client. Et deviné quoi ? C’était Auxence. Evidemment, maintenant que j’avais réussi à me l’enlever de la tête. Je m’approchais lui souhaitant la bienvenue et l’invitant à s’assoir à une table.
    - Qu’est ce que je te sers ? Demandais-je avec une envie de lui mettre une baffe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auxence Burghs

avatar

MESSAGES : 104
◮ AGE DU PERSO : 21 ANS
◮ CREDITS : SISSY
◮ AVATAR : MITCH HEWER

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Mer 29 Juin - 23:27

Je m’étais levé ce matin avec une envie de tout frapper. Pourquoi ? Je n’en savais sérieusement rien. Y’avait toujours de ces moments où on était bien moins d’humeur et qu’il ne fallait pas nous chercher. C’était pas dans mon habitude, considérant que j’étais sans aucun doute l’un des élèves à Dumfries qui avait le moins la mine basse et qui, en temps normal, remontait le moral des troupes même si mon humour n’était pas très apprécié. En fait, je remontait le moral à tout le monde parce qu’il était toujours agréable pour eux de rire de mon incompétence et en fait, je m’amusais bien à me faire passer pour la tête de turc. Un jour, je les aurais touts. Un jour, lorsque mon pouvoir serait enfin développer, je leur montrerais que le petit Auxence n’était plus un enfant et qu’il fallait pas trop l’embêter. Mais bon, ce jour était bien loin d’arriver considérant que je ne faisais qu’accumuler les catastrophes. J’étais pire qu’un ouragan. Enfin bref, fallait croire que c’était pas ma journée. En plus de me lever du pied gauche, je du passer mon tour sur les pancakes pour le petit déjeuner, vu tout le temps que j’avais mis à me coiffer les cheveux. Les autres élèves en avaient profité pour tous les prendre, en guise de vengeance. Oui bon, ça c’était ce que je m’imaginais, mais j’étais pas vraiment d’humeur à me mettre la faute sur les épaules, alors c’était bien plus facile d’accuser les autres élèves. Vint ensuite les cours, pendant lesquels, encore une fois, je fis un véritable clown de moi-même. Fallait dire, j’avais pas vraiment la tête à répliquer aux moqueries de mes camarades avec des farces. Ainsi, toute la colère accumulée face à mon don de combustion instantanée et celle que je ressentis lorsqu’un petit nouveau se moqua de mon pouvoir firent en sorte que ce dernier se retrouva avec les cheveux flambés. Mon professeur n’en pouvait plus de me gueuler dessus, mais les accidents arrivent tellement facilement, n’est-ce pas ? Au moins, c’était avec un sourire fier, dissimulé au coin de mes lèvres que j’avais quitté mon avant-midi de cours. Déjà ça.

Avec tout ce qui s’était déroulé ce matin, je n’avais aucune envie de continuer les leçons. Oh, je savais très bien que je me ferais gronder par mes professeurs, surtout que ces derniers mettaient beaucoup d’énergie dans des cours privés qu’ils me donnaient, sans pour autant voir des résultats et encore moins de la motivation depuis quelques jours. Fallait dire que ma vision me hantait de plus en plus et devenait très régulière dans mes rêves. D’ailleurs, je n’avais presque pas dormi de la nuit par sa faute : c’était peut-être pour cette raison que j’avais le moral dans les chaussettes. Peut-être que tenter une nouvelle fois de sombrer dans le sommeil n’était pas une si mauvaise idée. Prétendant donc un mal de crâne dû à la fatigue que m’imposait mon pouvoir, je demandai à être exempté de cours pour aller dormir comme un gros bébé. Malheureusement pour moi, mon corps n’avait pas vraiment envie de le faire et je tournai en rond dans mes couvertures pendant au moins une heure, sans être capable de fermer l’œil. Je n’arrêtais pas de penser à Kim, cette petite asiatique qui me donnait le tournis ces temps-ci. Allez savoir, c’était toujours moi qui la repoussait et qui s’enfuyait, mais j’avais toujours cette envie pressante de la retrouver pour savoir ce qu’elle faisait et m’assurer qu’il ne lui était rien arrivé. Et après, j’essayais de me faire croire que je faisais cela simplement pour prouver que ma vision ne pouvait pas se réaliser et que jamais je ne pourrais faire du mal à un simple être humain. N’importe qui aurait été assez intelligent pour deviner qu’il y avait bien plus que ça qui me motivait, mais j’étais trop aveugle et peu à l’écoute de mes sentiments pour m’en rendre compte. Alors je continuais de prétendre comme un cheval à qui on pose des œillères.

Réalisant que c’était définitivement inutile de me rendormir, je repris mes vêtements : un t-shirt bien simple et des shorts qui m’arrivaient un peu en bas des genoux, enfilant des sandales pour être confortable en cette journée chaude. Mes cheveux étaient toujours en bataille, mais je n’avais plus vraiment le moral de les placer comme je le faisais toujours. Tant qu’ils restaient plats, la vie était belle. Parce que oui, je frisais naturellement et je détestais ça. En moins de temps qu’il ne le fallait pour le dire, j’étais en train d’errer dans les rues de la ville. Comme à l’habitude, je me téléportais dans une ruelle et je continuais mon chemin pour que personne ne me voit ensuite. Allez savoir pourquoi, l’endroit le plus proche était le petit café où travaillait Kimberly. C’était vraiment devenu une obsession : pourquoi ne pas aller voir si elle travaillait, tant qu’à être dans le coin ? Oui, j’étais incorrigible. En regardant par la porte vitrée, je la vis au fond de la pièce, en train de servir un client. Profitant du fait qu’elle ne regardait pas à l’extérieur, je pris place à une table à l’intérieur, faisant mine de ne pas avoir prévu d’être ici alors qu’elle était également présente. Bien sûr, ce que j’attendais se produisit inévitablement : «Qu’est ce que je te sers ? » J’avais soudainement envie d’éclater de rire. Mais qu’est-ce qui lui prenait avec cet air tout d’un coup ? « Merci Kim, je vais très bien aussi. Je te prendrais un café. Dis-donc, tu t’es levée du pied gauche aujourd’hui ? » Apparemment, on était deux. Sauf que j’avais des meilleurs talents d’acteur qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimberly Ji Yeon

avatar

MESSAGES : 41
◮ AGE DU PERSO : 20 ans
◮ CREDITS : Yunnie
◮ AVATAR : YoonA

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Ven 1 Juil - 18:10

Comment pouvait-on passer d’une journée plutôt bonne en perspective, avec de bonne résolution, à une journée qui semblait en tout point mal finir ? Bah il suffisait tout simplement de connaître Auxence Burghs. Parce qu’évidement, avec une personne comme lui, qui apparaît et disparaît sans cesse, il fallait s’accrocher pour comprendre son raisonnement. Et j’avais beau être l’une des meilleures de ma classe d’astrophysique, quand ça concernait ce bout d’homme, j’étais complètement largué. De quoi, vous dirais-je, me rendre folle, et surtout de mauvaise humeur. Le pire c’est qu’il m’arrivait, souvent malheureusement, de me dire qu’il me manquait. Lui et ses blagues débiles, son comportement de gamin, son air innocent, sa tête d’ange, son côté surprotecteur,… Le pire dans tout ça, c’est que je passe du temps à l’université, à bosser mes cours, à travailler au café, et lui, à chaque fois, il ne glande rien, mais rien, de la journée, enfin c’est l’impression qu’il donnait. De quoi m’enrager encore plus. Mais qu’est ce que j’aimais sa compagnie, j’avais toujours cette petite envie qu’il apparaisse, en me racontant un truc débile, surtout quand j’avais des grands coups de cafards, ou le mal du pays. J’avais comme l’impression qu’il m’avait jeté un sort, lui et son si joli minois.

Il venait donc, une fois de plus, apparaître dans mon champ de vision, et je ne pouvais pas dire que c’était un hasard, vu qu’il savait que je bossais là, puis il s’était bien évidemment assit à une de mes tables. Oui, vous savez, on désigne les tables dont doit s’occuper un serveur ou une serveuse, afin de ne pas piquer les pourboires des autres. Enfin bref, passons. Je n’étais pas d’humeur, aujourd’hui, à supporter le « un coup je me rapproche un coup je m’éloigne » de monsieur. Non mais il me prenait pour quoi un yoyo ? Ca allait bien cinq minutes, tout de même. C’est ainsi qu’aujourd’hui je n’avais qu’une envie : lui mettre mon poing dans la figure et le faire sortir du café un coup de pied là ou je pensais. Mais bon, si je faisais ça, c’était mal barré avec le patron. Puis ça risquait d’être retenu sur ma paie. Donc c’est avec une sourire des plus crispés, montrant limite très bien mon énervement que je devais prendre sa commande. Mais voilà qu’il commençait déjà à me pousser à bout avec son « Merci Kim, je vais très bien aussi. Je te prendrais un café. Dis-donc, tu t’es levée du pied gauche aujourd’hui ? » Connard ! Oups, désolé c’était sorti tout seul… Je me retenais de lui verser la carafe d’eau, que je m’apprêtais à apporter à une table, sur la tête. Préférant alors ignorer ses paroles, je lui souris, d’un sourire des plus forcés, avant de partir déposer la carafe, puis aller lui chercher son café. Zen, zen, zen, j’avais beau me le répéter rien y faisais. Je pris donc ma colère en patience, souffla un bon coup, puis lui apporta son café, mais une fois arrivé devant lui avec son sourire en coin, je ne pus m’empêcher de répliquer.
    - Et voici ton café. Et pour ta gouverne, j’étais de bonne humeur, jusqu’à ce que tu apparaisses dans mon champ de vision. Si tu savais à quel point tu me donnes le tournis. T’es jamais d’accord avec toi-même, un coup tu me fuis, un coup limite si tu ne me suis pas. C’est fatiguant.

On m’appelait ailleurs, je lui fis comprendre qu’il y réfléchisse un peu, le temps que je finisse mon service, après tout il ne me restait qu’une dizaine de minutes, après le temps de me changer et tout, cinq minutes. J’espère vraiment que maintenant que je lui avais dit ce que je pensais, il allait se calmer où au moins me dire la raison pour laquelle il agissait ainsi. Je devais avouer, malgré l’envie de l’égorger, je tenais vraiment à lui, c’était, bizarrement, une amitié que je ne voulais pas perdre. Parce qu’avec lui, je me sentais naturellement bien, quand il ne m’énervait pas au point de vouloir l’assassiner de mes propres mains. Je finis mes dernières tables, puis partie me changer, j’en profiter pour troquer mon jean, mes baskets et mon t-shirt pour ma jolie robe et mes nus pieds tout neuf. Je comptais toujours aller à la fête foraine, Auxence ou non dans les parages. Depuis que j’attendais ce moment, je n’allais pas m’en priver pour lui et ses humeurs.


Dernière édition par Kimberly Ji Yeon le Ven 1 Juil - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auxence Burghs

avatar

MESSAGES : 104
◮ AGE DU PERSO : 21 ANS
◮ CREDITS : SISSY
◮ AVATAR : MITCH HEWER

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Ven 1 Juil - 19:33

« Et voici ton café. Et pour ta gouverne, j’étais de bonne humeur, jusqu’à ce que tu apparaisses dans mon champ de vision. Si tu savais à quel point tu me donnes le tournis. T’es jamais d’accord avec toi-même, un coup tu me fuis, un coup limite si tu ne me suis pas. C’est fatiguant. » Et elle disparut dans l’arrière boutique, à un endroit où je ne pouvais pas vraiment la suivre. C’était à peine si j’avais eu le temps de lui répondre ; ma répartie n’avait pas été assez rapide sur ce coup-ci et je dus me retenir pour ne pas crier à travers le restaurant ce que je pensais de ce qu’elle venait de me dire. À la place, je ne pus m’empêcher de rire en la voyant toute en colère – décidement, elle devait se retenir pour ne pas exploser encore plus compte tenu qu’elle était encore au boulot et que son patron ne serait certainement pas content qu’elle pète un plomb à un client. Parce que bon, c’était comme ça travailler dans le service : votre pire ennemi pourrait venir vous emmerder au boulot que vous seriez tout de même obligé de lui accorder ses quatre volontés et de vous montrer sympathique avec lui. C’était d’ailleurs pour cette raison que je n’avais jamais voulu travailler dans ce domaine. Étant plutôt colérique, une remarque de travers et je crois que je lui aurais donné la baffe de sa vie. M’enfin, c’est sûrement ce que j’aurais fait à la place de Kim si j’aurais été dans sa situation aujourd’hui. Je ne faisais rien pour m’aider, m’amusant visiblement à la faire péter les plombs. Mais j’étais comme ça : j’aimais embêter les gens au risque de mettre ma propre sécurité en danger. C’était purement masochiste vous direz, mais qu’était la vie sans un peu de piquant ? Allez, autant profiter de ce qui se présentait à moi et ne pas faire la chochotte. J’aurais le temps de me la couler douce lorsque je serais pris dans une maison de retraite avec comme seul passe-temps de nettoyer mon dentier. Pour l’instant, j’étais majeur et vacciné, alors je faisais ce que je voulais, que ça plaise aux voisins ou non.

Quelques minutes à peine passèrent, le temps de siroter mon café légèrement, rien de bien alarmant, et je la vis revenir, son habit de travail en moins. En effet, elle avait troqué ses jeans et son t-shirt pour une adorable petite robe qui me fit décidemment sourire. Oui bon allez, j’étais quand même un homme et lorsqu’une jolie fille se présentait à moi dans un habit adorable comme celui-là, je ne pouvais tout de même pas me plaindre de la vue ! Et puis bon, Kim était une fille très mignonne de nature, mais cet habit lui donnait des airs de petite poupée pour lequel je craquais littéralement. Pas de quoi me trahir, mais mon sourire s’accentua d’avantage lorsqu’elle se rapprocha pour revenir vers moi. Oui bon, elle n’était visiblement pas d’humeur à plaisanter et attendait vraiment des explications de ma part. Sérieusement, je ne savais pas quoi répondre d’honnête et qui ne me trahirait pas en même temps. Ce n’était pas dans mes habitudes de lui mentir, mais je me voyais mal lui lancer le grand jeu et attendre une réponse après que je lui ai dit un truc du genre : Bah voilà, en vérité, je te surveilles depuis des semaines, mais je te fuis constamment parce que je suis un mutant et que j’ai eu une vision dans laquelle je te voyais morte dans mes bras. Alors j’espère que tu pourras comprendre que j’essaie de te protéger d’une certaine façon, mais que je suis moi-même une menace puisque c’est moi qui causerai ta mort. Allez, il fallait quand même avouer que ce n’était pas très crédible et je savais très bien que de prononcer seulement le mot mutant, la panique prendrait dans le restaurant. Pour l’instant, j’ignorais si les humains avaient eu confirmation de notre existence, mais chose certaine, les rumeurs couraient et ce n’était pas le temps de faire le rigolo et de tout dévoiler au mauvais moment. Je sentais que Finnster m’étranglerait sinon.

« Oui bon, je n’ai pas que ça à faire moi, rester dans les parages pour que tu n’ais pas le tournis. J’ai quand même une vie de mon coté : des études, des amis, comme tout le monde quoi. » Intérieurement, je m’en voulais énormément d’être aussi hypocrite, moi qui n’avais pas vraiment l’habitude de mentir. Comme elle avait sûrement remarqué, lorsque je voulais cacher quelque chose, je préférais fuir et ne rien dire du tout plutôt que de raconter des bêtises ou de dire ce qu’il en était vraiment. Alors, en ce moment, j’étais vraiment en train de me mettre dans une sale situation. Oui, c’était vrai que je faisais des études, mais impossible de lui dire en quoi exactement. « Mais si c’est le fait que je disparaisse qui t’énerves tant que ça, je peux rester. Tu prévoyais faire quoi ce soir ? » Et comme à toute les autres fois, je m’imposais sans vraiment lui laisser le choix. La pauvre, je me demandais bien ce que je ferais à sa place si j’avais une mouche aussi collante que moi à supporter. J’essaierais sûrement de m’enfuir et de la semer, mais Kim ne semblait pas adepte de cette méthode. Je la voyais bien comme étant une fille qui supportait les pire boulets au monde sans rien dire, de peur de blesser quelqu’un. C’était peut-être bien ce qui se passait avec moi après tout, mais je n’allais pas m’en plaindre. Après tout, ce n’étais pa ce que je cherchais depuis le début ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimberly Ji Yeon

avatar

MESSAGES : 41
◮ AGE DU PERSO : 20 ans
◮ CREDITS : Yunnie
◮ AVATAR : YoonA

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Ven 1 Juil - 21:53

Je respirais un bon coup, inspiré, expiré. Etant maintenant seule dans la salle du personnel, je prenais le temps de me calmer. C’était hallucinant pour moi d’arriver à m’énerver en si peu de temps. Auxence avait vraiment un don pour m’énerver, ça vous pouvez me croire. Je prenais mon temps pour me changer, de toute façon je n’étais pas pressé. En retournant dans la grande salle, j’allais de nouveau faire face au blondinet, alors je n’étais vraiment pas des plus pressés. Je n’avais vraiment pas envie de me prendre la tête avec lui. Je préférais passer un bon moment avec lui, ou un bon moment seule, quoi qu’il en soit, je voulais passer un bon moment, donc plus de prise de tête pour ce soir, enfin j’espérais… Ce qui n’était bien sur jamais gagné avec Auxence. Mais bon avec un peu de chance, ça ferai comme la semaine dernière, une bonne soirée en perspective, mais le jeune homme finirait par disparaitre en fin de soirée. Vraiment, j’aimais ces bons moments, mais je ne supportais plus de le voir s’enfuir, qu’est ce qui pouvait bien le faire fuir en moi. Je me posais tant de questions finalement. C’était surement ça qui me portait le plus sur les nerfs. Comment prendre le fait que quelqu’un vous fuit quasiment à chaque fois aussi. Y’avait vraiment de quoi se prendre la tête aussi. Puis ce n’est pas comme-ci, la première fois qu’il m’avait fuit, je le connaissais. Je ne l’avais même jamais rencontré avant.

Une fois prête, je pris mon courage à deux mains pour me calmer, et ressortir tout sourire direction la tête blonde. J’avais décidé, quoi qu’il arrive et quoi que me dise Auxence que cette soirée devait être joyeuse et amusante. C’est donc d’un pas déterminé que je rejoins la table du mystérieux jeune homme qui était censé être mon ami. Cette fois-ci décontracté et enfin calmé. Peut importe ce que me répondrait Auxence, je prendrais sur moi et répondrait le plus calmement possible, où l’ignorerait une fois de plus son joli minois. En m’approchant je pus voir son sourire s’élargir, cette vision me fit également sourire. « Oui bon, je n’ai pas que ça à faire moi, rester dans les parages pour que tu n’ais pas le tournis. J’ai quand même une vie de mon coté : des études, des amis, comme tout le monde quoi. » Bon j’avoue mon contrôle de moi-même était plus dure que prévu, mais après une légère grimasse, retenant mon envie de lui hurlait dessus, puis fini par expirer un bon coup avant de sourire à nouveau. « Mais si c’est le fait que je disparaisse qui t’énerves tant que ça, je peux rester. Tu prévoyais de faire quoi ce soir ? » Un instant je crus rêver, non sérieusement ? Il avait vraiment dit qu’il allait rester ? Il ne fallait pas que je commence ainsi, sinon j’étais bonne pour espérer encore pour rien. Mais voulant tout de même passer une bonne soirée à la fête foraine, il n’y avait rien de mieux que de la passer avec un ami.
    - J’ai pour projet de passer la soirée à la fête foraine, et je serais heureuse que tu veuilles bien m’y accompagner, c’est quand même mieux à deux, avec un ami, que seule.

J’avais dit tout ceci d’un ton très enjoué, avec un grand sourire aux lèvres, oui oui, comme une gamine. Fallait dire qu’à l’instant là, j’étais comme une gosse à qui l’on aurait offert sa première poupée, ou son premier chiot. J’étais plus exciter qu’une puce et mon comportement devrait plus tarder à faire rire Auxence qui ne m’avait encore jamais vu ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auxence Burghs

avatar

MESSAGES : 104
◮ AGE DU PERSO : 21 ANS
◮ CREDITS : SISSY
◮ AVATAR : MITCH HEWER

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Lun 4 Juil - 4:05

Comme à toutes les fois, j’osais m’inviter dans les activités de Kim sans vraiment me soucier de ce qu’elle pouvait bien en penser. C’était peut-être impoli et irrespectueux, mais je n’en avais pas vraiment conscience. Lorsque je pensais à mes intentions et à ce que j’avais envie de faire, je me foutais bien de ce que pouvais penser les autres, incluant Kim. La pauvre, elle était vraiment aux prises avec moi pour le restant de ses jours – et c’était le cas de le dire, croyez moi. Peu importe, je m’attendais bien à tout sauf ce qu’elle me répondit : « J’ai pour projet de passer la soirée à la fête foraine, et je serais heureuse que tu veuilles bien m’y accompagner, c’est quand même mieux à deux, avec un ami, que seule. » Oui, la fête foraine. À chaque année, la ville en organisait une – une petite, mais tout de même – pour le plaisir des enfants et des familles. Pas que ça attirait beaucoup de touristes, mais la plupart du temps, toute la ville s’y retrouvait pour l’espace d’une semaine. Lorsque j’étais gosse, c’était une de mes soirées préférées et mes parents ne pouvaient me faire plus plaisir que lorsqu’ils m’y trainaient. Bien sûr, avec les années, j’avais perdu l’intérêt et depuis que j’étais rentré à l’institut, il en était rendu hors de question. J’avais l’impression qu’on m’avait lavé le cerveau depuis ce temps et que je croyais fortement que les humains était tout sauf bénifique pour nous. Ils ne servaient qu’à nous ridiculiser et agrandir la peur que nous avions, la peur de nous même et de nos pouvoirs. Il était bien difficile de se fondre dans la masse. Heureusement pour moi, j’étais en possession d’un pouvoir qui me permettait d’avoir l’air parfaitement normal. D’ailleurs, en n’utilisant pratiquement jamais mon don, j’étais sans aucun doute le plus normal de tous les mutants, ce qui, j’en avais conscience, devait en faire rager plus d’un. Parce que j’en connaissais plusieurs qui ne rêvaient que de ça, être normal. Quand je pensais à ceux qui avaient des drôles d’apparences, comme des mains à la place des pieds ou la peau en écailles, je me disais que finalement, je n’étais pas si pire que je le pensais et que je n’avais pas vraiment de raisons de me plaindre. Tout de même, qu’est-ce que j’aurais donné pour être homme normal qui n’avais pas peur de lui et de ce qu’il pouvait faire.

À bien y réfléchir, la fête foraine et la soirée avec Kim devait être une belle occasion pour moi de l’être. En voyant sa réaction, je ne pus m’empêcher de rire. Elle avait l’air d’une gamine avec ses grands yeux en amandes et son sourire fendu jusqu’à ses lèvres. Sa candeur et son innocence réussissaient à eux seuls à me faire sentir bien des fois, à oublier tout ce qu’il y avait à l’institut et passer du bon temps comme si rien de tout cela n’avait existé. Finalement, peut-être que j’appréciais sa compagnie. Peut-être que je n’étais pas avec elle pour la protéger, comme je le prétendais toujours. Peut-être bien qu’au fond, je prenais conscience de mes sentiments et que je suivais ce que je ressentais, et non pas une idée conçue qu’on m’imposait tous les jours. Malheureusement, j’étais beaucoup trop borné pour me l’avouer. « La fête foraine ? Mais t’es une gamine ou quoi ? » Je ne connaissais pas beaucoup de gens de mon âge qui allaient encore à cet endroit de leur propre volonté. Quoiqu’il en soit, je ne pouvais pas refuser l’invitation. Me levant, je la pris par le bras, l’entraînant à l’extérieur comme seul signe de mon approbation, un grand sourire accroché dans le visage. C’était comme si d’un coup, toute ma mauvaise humeur et les souvenirs de ma journée merdique avaient décidé d’aller faire promenade, me laissant maintenant seul avec ce qui m’attendait de cette soirée. Et puis bon, Kim n’avait plus l’air trop fâchée non plus, elle qui semblait vouloir me foutre son poing en pleine gueule tout à l’heure. Il fallait dire que je n’étais pas des plus doux avec elle non plus, mais ça m’amusais et au fond, je savais qu’elle ne pouvait pas se passer de mon humour de mauvais goût. Ça faisait partie de moi, non ? Alors si elle m’avait accepté dans son entourage, c’était qu’elle était conscience qu’elle aurait à endurer cette partie de moi. Et encore, endurer était peut-être faible comme mot.

« Elle est toujours au même endroit ? J’y allais quand j’étais jeune, mais je dois avouer que ça doit faire des années que je n’y vais plus. Il fallait bien que ce soit toi pour que j’y retourne alors que j’ai passé l’âge de ce genre de trucs. » Oui, j’étais un adulte maintenant et je préférais de loin les bars à les fêtes pour enfants. Mais bon, Kim était plus jeune que moi et peut-être qu’elle appréciait tout ça après tout. Quoiqu’il en soit, je m’étais invité, alors je n’allais certainement pas commencer à râler sur le choix d’activité. « Je sais pas pour toi, mais moi je suis à pieds. T’as pas peur de marcher ? » En fait, j’avais un moyen bien efficace de me rendre n’importe où en un rien de temps, mais ce n’était certainement pas une bonne idée de l’utiliser pour me promener avec Kim. Je n’avais pas vraiment envie qu’elle parte en courant avec une mine effrayée au visage. Après tout, c’était la seule personne normale que je côtoyais et à bien y penser, oui, ça faisait du bien d’enfin se sentir comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimberly Ji Yeon

avatar

MESSAGES : 41
◮ AGE DU PERSO : 20 ans
◮ CREDITS : Yunnie
◮ AVATAR : YoonA

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Jeu 7 Juil - 23:00

Et voilà, monsieur avait, comme à son habitude décidé de s’incruster. Non pas que ça me déplaisait plus que ça mais la question était pour combien de temps. Après tout, dès qu’on passait un bon moment ensemble, une après midi, une soirée ou autre, il finissait par disparaître pour un temps plus ou moins long. C’était comme si il voulait se rapprocher de moi et quand il se rendait compte qu’il c’était trop rapproché, il préférait fuir que de s’attacher plus. Mais qu’est ce qu’il risquait tant en me laissant devenir son amie ? Ce n’était pas comme-ci je l’obligeais à devenir mon ami, du tout, c’est lui qui avait commencé qui plus est. Enfin il n’était pas vraiment obligeait non plus, il s’imposait, mais j’aurais très bien pu mettre un terme à tout ça si je le voulais. Mais non, il y avait quelque chose en lui qui faisait que c’était impossible que je l’envoie boulet loin de ma vie. A mon plus grand désarroi pour le coup. Quand je pensais à toutes les fois où il m’avait laissé tomber après qu’on ait passé de super moment, ça me faisait enrager. Je détestais ça, moi qui avait un contrôle de mes sentiments et de mes actes en temps normal, avec lui c’était jamais le cas, ou presque. Il avait vraiment le don de me mettre en vrac. Mais d’une force… Mais il y a ce regard… celui qui me perce, qui me transperce, qui me rend triste. Chaque fois que je croise son regard, dans un moment de calme, je vois cette tristesse, cette peine, et surtout ce faux semblant. Personne n’a l’air d’en prendre ou de s’en rendre compte. Mais je le vois bien, au fond de lui, il souffre. J’aimerai le faire parler, mais il reste toujours secret sur lui. J’ai essayais de parler de certain sujet, et pourtant il trouve toujours le moyen de détourner la conversation.

J’avais beau chercher, je n’arrivais pas à savoir quoi faire. Devais-je lui poser directement des questions sur lui ? Devais-je attendre qu’il ait assez confiance pour se confier à moi ? Je ne savais pas du tout comment réagir, j’aimerais tant le voir avoir suffisamment confiance en moi pour me dire ce qui le rend si triste derrière cette facette dont il s’était forgé carapace. Etais-je la seule à me poser ce genre de questions ? Etais-je la seule à avoir vu son mal être derrière tout ça ? Mais comment aborder le sujet, je n’allais pas débarquer un jour et dire « Salut, ca va ? Au faite raconte moi ta vie, après tout je ne sais rien de toi ! » Quel manque de tact, sérieux. Je commençais à me poser vraiment beaucoup de questions mais je n’osais pas en parler. Déjà qu’il me fuyait sans ça, alors si je devenais encore plus que curieuse c’était fini, je ne le revoyais plus. Et ça, je ne sais pas si je pourrais le supporter. Je le voyais déjà pas beaucoup et j’en avais déjà marre, alors si en plus je me risquais à creuser dans sa vie sans qu’il n’en soit vraiment d’accord…

Auxence me tira de mes pensées. « La fête foraine ? Mais t’es une gamine ou quoi ? » Mais avant que j’ai eu le temps de dire quoi que ce soit, il me prit par le bras et m’entraîna à l’extérieur, un énorme sourire sur les lèvres. C’était qui le gamin dans l’histoire ? Enfin je n’allais pas me plaindre, j’avais vraiment une bonne soirée en perspective. Sans me poser plus de question, je pris le bras d’Auxence dans mes mains, enfin m’y accrochai serait plus juste. « Elle est toujours au même endroit ? J’y allais quand j’étais jeune, mais je dois avouer que ça doit faire des années que je n’y vais plus. Il fallait bien que ce soit toi pour que j’y retourne alors que j’ai passé l’âge de ce genre de trucs. » Sans même avoir demandé quoi que ce soit, je venais d’apprendre une chose sur le jeune homme, bien que pas importante, j’étais heureuse. Oui c’était stupide, mais tant pis. .« Je sais pas pour toi, mais moi je suis à pieds. T’as pas peur de marcher ? »
    - Y’a pas d’âge pour faire un tour à une fête foraine, tu verras, mais y’a pas que des enfants avec leurs parents. Y’a des groupes d’amis de tout âge, crois-moi. Puis, ce n’est pas des enfants de 5 ans qui vont faire les manèges à sensations de plus. Y’en a peut être pas beaucoup mais c’est déjà ça. Puis moi ça ne me gêne pas de marcher, mais si tu préfères y’a toujours le bus ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auxence Burghs

avatar

MESSAGES : 104
◮ AGE DU PERSO : 21 ANS
◮ CREDITS : SISSY
◮ AVATAR : MITCH HEWER

MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   Mar 12 Juil - 6:35

À bien y penser, j’ignorais ce qui m’avait pris par la tête de la suivre. Pas que je n’avais pas envie d’être avec elle, mais plus le temps passait, et plus je me contredisais dans tout ce que je faisais. Après tout, peut-être bien qu’elle avait raison : j’étais un bel idiot que de passer du temps avec elle, à lui coller les baskets pendant une semaine, voir deux, de passer un bon moment, voir même très agréable avec elle, et de m’enfuir comme le plus beau des crétins. Je me demandais ce que j’aurais fait à sa place, surtout qu’on avait aucun autre moyen de se contacter : je ne lui avais pas donné mon numéro de portable et elle n’avait pas fait de même, alors on se voyait lorsque je ne me cachais pas d’elle. Et puis, lorsqu’on est nouvelle en ville, ça doit toujours faire du bien de passer du temps avec des visages connus et de se faire des amis. Sauf que j’étais tellement imbécile que je ne pensais qu’à mes sentiments et pas à ceux de Kim. Du coup, ça créait des malaises comme ce soir et à tous les coups, je tentait de me rattraper en m’imposant jusqu’à ce qu’elle en ait marre. Quoique, je me demandait bien si ça serait possible un jour : à la voir aller, j’avais sérieusement l’impression que même si je l’embêtais au plus haut point, elle ne serait certainement pas capable de me le dire directement. Peut-être qu’elle tenterait de se débarrasser de moi en utilisant des moyens subtils, comme me fuir. Un peu comme je faisais. Alors voilà, c’était peut-être ça le problème dans ma façon d’agir avec elle, dans ma façon de m’échapper de ce qui allait se produire plus tard, dans ma façon de fuir mes peurs. Oui, j’étais trouillard, mais j’étais incapable de m’imaginer avec un tel poids sur les épaules, alors je courais me cacher comme un enfant lorsque venais le temps de faire face à mes responsabilités. Oui bon, à bien y penser, il était dans mon intérêt de trouver un moyen de réparer l’erreur que j’avais commise en agissant de la sorte. Et ça allait devoir commencer maintenant, ce soir, à la fête foraine. Dire que je me croyais trop mature pour ce genre de trucs… On a toujours de belles surprises dans la vie non ? Il fallait bien que je rencontre une fille comme Kim pour me sentir replonger dans le passé, moi qui s’était promis de l’oublier dès le moment où j’étais entré à Dumfries.

« Y’a pas d’âge pour faire un tour à une fête foraine, tu verras, mais y’a pas que des enfants avec leurs parents. Y’a des groupes d’amis de tout âge, crois-moi. Puis, ce n’est pas des enfants de 5 ans qui vont faire les manèges à sensations de plus. Y’en a peut être pas beaucoup mais c’est déjà ça. Puis moi ça ne me gêne pas de marcher, mais si tu préfères y’a toujours le bus ? » Ce qu’elle me faisait rire à tenter de me convaincre de la sorte : oui bon, j’étais déjà vendu pour cette soirée et je n’avais pas vraiment le choix de la suivre maintenant, à voir comment elle s’accrochait à mon bras. D’ailleurs, ce rapprochement m’intrigua. J’étais loin d’être habitué à être aussi proche de quelqu’un, encore plus d’une fille. En fait, la plupart du temps, je me faisais snober à l’institut et les petits gestes affectueux entre amis ainsi, je ne connaissais pas du tout. Je ne pus m’empêcher de regarder plusieurs fois ses petites mains qui s’accrochaient dans le tissus de mon chandail, me demandant si j’avais tort ou non de sentir ce retournement dans mon estomac. « Allons pour la marche. » Pourquoi ? Parce que ça me permettrais de lui parler et d’en apprendre encore plus sur elle, même si à force de la suivre en cachette, j’en savais déjà beaucoup. Allez, il fallait bien que j’en profites de cette amitié, ce devait bien être la seule que j’avais.

« Oui bon, les manèges à sensation, c’était pas vraiment mon truc quand j’étais gosse. Je finissais toujours par vomir et mes parents ont finit par m’interdire d’y aller, à force de me voir avec la tête dans les poubelles. » Pourquoi est-ce que je devenais nostalgique d’un coup ? Étrangement, je ne pus m’empêcher de ressentir une certaine tristesse en pensant à eux. J’avais complètement coupé le contact depuis que j’avais découvert que j’étais un mutant. J’avais toujours pensé que ce serait peut-être trop pour eux et que je pourrais être dangeureux pour eux, à voir comment je contrôlais mes pouvoirs. En fait, dès que j’étais entré à Dumfries, j’avais coupé contact avec l’ancien Auxence, tentant d’en devenir un nouveau. Du coup, lorsque je me retrouvais avec Kim, j’avais l’impression qu’il revenait me hanter, tentant de reprendre le contrôle sur moi et de m’expliquer que la voie que j’avais prise n’était peut-être pas la meilleure. Ces pensées me donnaient le tournis et j’en avais marre. Je pris alors la discussion en main. « Alors, on va jouer à un jeu pendant qu’on marche. Chacun notre tour, on doit dire un fait quelconque sur notre vie. À toi de commencer. » Je voulais tout savoir d’elle, mais je savais très bien que je devrais lui mentir. Cette idée ne me réjouissais pas, mais c’était le seul moyen que j’avais trouvé pour créer un rapprochement quelconque. Si je voulais vraiment m’immiscer dans sa vie, je devais devenir plus simple ami absent et étrange, ce que je devais être pour l’instant. Je connaissais les enjeux de mes actes. C’était un couteau à double tranchant : à tenter de me rapprocher, il serait bien dangereux que je m’attache et lorsque ma vision se réaliserait, mes sentiments en prendraient un coup bien plus dur. Peut-être que j’étais masochiste, mais j’étais prêt à prendr le risque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ready or Not | Auxence & Kim   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ready or Not | Auxence & Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Gleneagles Forest :: LISMORE LOUGH-